Améliorer la conversion des campagnes d’eMailing

Malgré tout ce que l’on a pu entendre, l’émail n’est toujours pas mort… loin de là…

L’email reste l’un des outils marketing les plus utilisés et les plus rentables sur internet.

L’email reste le moyen le plus efficace pour prospecter, fidéliser et établir des relations à long terme avec ses clients.

Au travail comme à la maison, l’email fait partie de notre quotidien. Nous sommes exposés tout au long de la journée à des messages.

Chaque minute, 156 millions d’emails sont expédiés, alors qu’il n’y a que 16 Millions de SMS, 452 000 Tweets, 1,8 Millions de Snaps….

Cependant, ce qui a changé, c’est qu’il faut désormais sortir du lot, adresser des messages plus adaptés, répondre aux exigences d’une lisibilité sur mobile…

Il est important de suivre quelques bonnes pratiques pour éviter que votre message passe en tant de SPAM.

Voici donc 25 conseils à suivre pour éviter que vos emails ne passent directement dans la boite SPAM, ou qu’ils soient tout simplement supprimés sans même être lus…

Nous allons répondre à quelques questions simples mais pourtant cruciales :

  • Comment réussir sa campagne d’emailing ?

  • Quels sont les bonnes pratiques pour garantir le succès de ses emailings ?

  • Comment augmenter le taux d’ouverture de sa newsletter

Table des matières

Améliorer la conversion des campagnes d’eMailing !

Partie 1 – Créer une base de contacts ciblée

Proposer des bonus différents selon les attentes de vos cibles

Ne demander que les informations vraiment nécessaires.

Etre créatif pour récupérer les coordonnées de prospects

Segmenter ses contacts

Nettoyer votre base de données

Tester des nouvelles stratégies avec les contacts inactifs

Partie 2 – L’objet de l’email

S’inspirer des meilleurs emails d’autres secteurs et miser sur l’émotion

Un objet précis et concis

Tester les emojis dans les objets

Ne jamais oublier le pré-header

Expliquer pour les inscrits reçoivent ce message et donner le lien de désinscription dans le footer

Partie 3 – Le contenu de l’email

Contextualiser ses offres selon les moments phare de l’année ou des événements

Personnaliser ses offres

Humaniser le contenu

Lire et relire avant d’envoyer

Partie 4 – Le design de l’email

Éviter les textes trop longs

Équilibrer le contenu de l’email entre images et texte

Réaliser des emails en responsive et tester la version 100% texte

Soigner la cohérence entre votre charte graphique et votre newsletter

Attention à la lisibilité

Ajouter de la vidéo dans vos emails

Partie 5 – Quelques conseils supplémentaires pour booster vos conversions

Ni trop, ni trop peu d’emails… tout en maintenant une pression au départ.

Effectuer des tests

Analyser les statistiques et données de la campagne

En conclusion…

Réussir votre Campagne d’emailing !

 

Partie 1 – Créer une base de contacts ciblée


Avant de commencer à créer votre campagne d’emailing, il est important d’avoir une base de données qualitative.

Voici quelques conseils simples dans la gestion de votre liste de contacts.

      • Proposer des bonus différents selon les attentes de vos cibles

Votre but ne doit pas forcément d’avoir une masse de contacts, mais d’attirer les bons contacts.

Pour cela vous devez proposer un bonus en phase avec la problématique de vos prospects, ou un bonus qui sera en amont de l’acte d’achat (ex : guide d’achat, check-list avant d’acheter un produit…).

N’oubliez pas de faire des listes séparées si vous avez plusieurs types de produits ou de prospects à vendre.

Par exemple, si vous avez un blog sur le Marketing, vous pouvez avoir 2 listes, une sur le SEO et l’autre sur le Blogging, avec des messages qui seront différents d’une liste à l’autre.

C’est le premier pas pour avoir une base qualifiée et réactive.

La segmentation vous permet d’améliorer votre taux d’ouverture de près de 40% (source Lyris) en proposant des emailings plus adaptés :

Ce que vous devez faire, c’est donc de définir les 2 ou 3 profils de clients, et ainsi leur envoyer des communications spécifique (éventuellement via du marketing automation, c’est à dire avec l’envoi d’une série d’emails ciblés).

      • Ne demander que les informations vraiment nécessaires.

Créez un formulaire simple et ne demandez que les informations dont vous avez besoin. L’exemple ci dessous montre comment l’ajout de 2 ou 3 champs en plus dans un formulaire réduisent le taux de remplissage (de 13,4 % à 10%).

Si vous comptez personnaliser les messages (ex : objet, contenu…), alors vous pouvez demandez le prénom. Sinon contentez-vous de l‘email.

Plus vous demanderez à vos prospects de remplir des champs, plus l’effort à le remplir est important et donc le nombre de formulaires remplis sera faible.

L’utilisation de formulaire avec un téléphone, un nom de société… peut en revanche être intéressant dès lors que vous souhaitez filtrer les demandes et n’avoir que des prospects qualifiés (ex : produits B2B haut de gamme…), ou pour faire de la relance téléphonique.

Dans ce cas vous devez proposer en échange une forte valeur, comme par exemple un échantillon, un diagnostic personnalisé par téléphone…

Vous pouvez aussi utiliser un remplissage de formulaire en 2 temps : lors du premier écran récupérer simplement l‘email, et lors du second écran demander de remplir plus d’informations.

A défaut vous pouvez simplement proposer une première action engageante, puis récolter les coordonnées.

Ce que vous devez faire : Vérifiez que vous utilisez bien toutes les informations que vous demandez dans vos formulaires. 

      • Être créatif pour récupérer les coordonnées de prospects

Vous pouvez proposer des cadeaux à l’inscription

  • un bon de réduction de 5€ pour un site ecommerce

  • un jeu concours sur votre site,

  • un coaching par email en X semaines,

  • un audit personnalisé en self service

  • une démonstration ou un essai gratuit ou un échantillon,

  • un quizz

  • une check-list excel

  • un contenu additionnel disponible en échange d’un email

  • un cas client

  • un PDF de l’article ou un podcast

      • Segmenter ses contacts

Pour une campagne réussie, la segmentation est une étape primordiale pour envoyer du contenu adapté aux besoins de vos contacts.

La segmentation peut se faire selon les bonus téléchargés (vous devez pour cela soit proposer une liste de bonus par profil, soit en changeant simplement les formulaires).

Vous pouvez aussi faire une segmentation selon des actions particulières.

Cela peut être des réponses à un quizz ou un audit qui peuvent déterminer sur quelle liste le prospect sera transféré, ou encore le clic sur une offre ou un bouton peuvent le profiler sur un besoin particulier.

Par exemple vous pouvez envoyer un email en proposant le produit A ou le B, et selon le clic le prospect sera segmenté pour le produit A ou B.

Ce que vous devez faire : segmentez vos prospects en leur envoyer un email leur demandant de choisir entre un besoin A et un besoin B (ex: un bonus, une check-list, un guide…), pour ensuite leur envoyer des informations personnalisées.

      • Nettoyer votre base de données

Il ne faut pas se focaliser sur le nombre d’emails récupérés par jour, mais la qualité des emails.

Il est important de supprimer les adresses inconnues (les toto@test.com…), les emails créés avec les solutions d’emailing temporaires (yopmail.com, mail-temporaire.fr, jetable.org, haltospam.com…)…

A contrario, vous avez parfois des emails mal rentrés (ex : gmail.col au lieu de .com…), dans ce cas il est intéressant de les corriger ou d’utiliser votre solution d’emailing pour les corriger.

Si votre base de données est très ancienne, et que vous ne nettoyez pas les désabonnés, les emails erronés… vous pouvez aussi faire un nettoyage automatique de votre base avec des outils comme http://mailtester.com…

Ce que vous devez faire : vérifiez que vous n’avez pas une masse d’emails “morts” dans votre base (emails erronés, bounces…), et supprimez les de vos base principale afin d’avoir une liste “propre” pour baser vos futures campagnes. En revanche ne supprimez pas les emails des non ouvreurs, nous verrons plus tard que vous pouvez les ré-utiliser !

      • Tester des nouvelles stratégies avec les contacts inactifs

Dans votre liste d’emails vous avez dans doute une large part de personnes qui ne lisent plus vos emails.

En effet les emails sont des produits frais : plus ils sont anciens, moins ils sont réactifs.

Il ne sert généralement à rien de continuer à les « harceler » avec vos emails habituels en espérant qu’un jour ils vont par miracle commander…

Vous devez :

  • Soit utiliser un objet provocateur pour les inciter à agir (ex: Important : lisez cet email…)

  • Soit proposer une offre irrésistible de réactivation (ex: un bon de réduction, une offre à 1 euro…)

  • Soit changer l’expéditeur de l‘email (ex: un nouveau nom de personne…)

  • Soit vous excuser pour renouer la relation commerciale (ex: Nous sommes désolés de vous voir partir…)


 

Ce que vous devez faire : identifiez les contacts qui ne lisent plus vos emails depuis plusieurs mois, et proposez-leur dans un premier temps une offre irrésistible. Puis, s’ils ne sont toujours pas réactivés, alors lancer une campagne  de retargeting Facebook Ads ou Google Adwords.

Partie 2 – L’objet de l‘email


Une campagne d’emailing suit la logique suivante :

  • Se faire reconnaître via l’expéditeur de l‘email

  • Inciter à ouvrir via un objet pertinent et un preheader

  • Faire passer à l’action via un contenu qui incite à d’agir (jouer sur l’émotion et la rationalisation) et un appel à l’action clair

Chaque étape est importante, et la première est l’objet et l’expéditeur..

Concernant l’expéditeur, il est essentiel de prévoir plusieurs noms selon les thématiques, les emails… :

  • L’email envoyé par le DG de l’entreprise, souvent pour la bienvenue, pour une annonce spéciale…

  • L’email du service technique pour des informations techniques et non commerciales…

  • L’email du responsable marketing pour des promotions…

N’utilisez pas un email de type “le service commercial”, “Contact XXX”… qui est trop impersonnel, mais le nom et le prénom d’une personne.

Évitez à tout prix le noreply@…. afin d’établir une de confiance avec vos lecteurs. Pensez toujours à répondre à vos lecteurs. S’ils ont des doutes et des commentaires, ils ne veulent pas être ignorés.

Le second point à optimiser est l’objet de votre email.

Il doit être créatif, concis et attirer l’attentionIl doit convaincre les lecteurs d’ouvrir l’email et de lire la suite.

L’objet est la porte d’entrée de votre emailing, de plus en plus de personnes consultant leurs emails sur mobile, avec un tri en quelques secondes sur l’ensemble des messages, afin de décider ce qui mérite d’être lu et ce qui sera supprimé d’un mouvement du doigt…

      • S’inspirer des meilleurs emails d’autres secteurs et miser sur l’émotion

L’objet de l’email doit inciter à en savoir plus.

Vous avez plusieurs choix :

  • Utiliser la peur (alertes, erreurs…)

  • Miser sur l’appartenance (faites comme XX milliers…)

  • Faire jouer l’esprit de compétition (dépassez vos concurrents…)

  • Apporter de l’étonnement ou intriguer (une astuce à la limite de la légalité…)

  • Apporter de la valeur ajoutée (Ce que j’ai à vous dire…)

  • Proposer un cadeau (10 € de réduction, 50% de réduction….)

  • Jouer sur l’autorité (J’ai mis le meilleur de XXX dans cet email…)

  • Proposer une promotion irrésistible (Ma formation XXX pour 1 €…)

Comme ce n’est pas facile de trouver les bons sujets, je vous conseille de stocker dans un dossier de votre boite email une sélection d’emails qui vous ont tapé dans l’œil.

Vous vous ferez ainsi une bibliothèque de bonnes idées où vous pourrez piocher des idées de temps en temps, en les adaptant à votre secteur d’activité.

Ce que vous devez faire : à chaque fois que vous recevez un email intéressant, archivez le dans un répertoire “boite à idée” dans votre boite email.

      • Un objet précis et concis

L’objet de votre message doit être compris entre 50 signes et 100 signes.

Un objet trop long risque de ne pas apparaître dans la boîte de réception de vos lecteurs ou d’être tronqué, et un objet trop court risque de ne pas être suffisamment attractif.

A noter : si vous avez récupéré le prénom de la personne, ou le nom de la société, utilisez cette information dans l’objet de l’email pour augmenter le taux d’ouverture.

Si vous n’avez pas récupéré le prénom de la personne initialement, ce n’est pas grave : vous pouvez lui proposer de remplir un formulaire complémentaire plus tard (ex : télécharger un nouveau bonus, remplir un questionnaire complémentaire en échange d’un bon de réduction…), afin de mieux qualifier votre base de données.

Vous pouvez aussi poser une question dans votre objet. Cela peut donner envie au destinataire d’ouvrir l’email et attirer son attention. 

      • Tester les emojis dans les objets

 Depuis quelques temps, vous pouvez intégrer des emojis dans les objets de vos emails.

Vous pouvez ainsi tester des emojis pour rendre votre objet plus attractif dans la boîte de réception des destinataires.

Les emojis peuvent s’adapter facilement au contenu de votre mail, en rajoutant un rendu plus « ludique ».

Attention néanmoins à ne pas trop en abuser, car tous les logiciels de messagerie ne permettent pas de les afficher correctement, et parfois le rendu n’est pas idéal.

A noter : Si votre objet est écrit en majuscules, si vous avez trop d’emojis… vous allez finir en spam.

      • Ne jamais oublier le pré-header

Le Pre-Header, est la première phrase du message, c’est un texte spécialement conçu pour compléter l’objet de l’email et donner quelques précisions en plus pour inciter à cliquer.

Il est souvent considéré un “deuxième objet”, surtout dans la version mobile où le pré-header est très visible dans la prévisualisation des emails.

Si le preheader n’est pas optimisé dans l’email, c’est la première phrase qui sera affichée, ce qui n’est pas toujours optimal.

Par exemple la première phrase est souvent “si vous ne pouvez pas lire cet email, cliquez sur ce lien pour voir la version web…”

Il est alors important de le travailler et de penser à une phrase qui donne envie de cliquer, afin d’avoir un taux d’ouverture plus élevé.

      • Expliquer pour les inscrits reçoivent ce message et donner le lien de désinscription dans le footer

Rappelez toujours dans le footer de votre emailing pourquoi vos abonnés reçoivent vos emailings (votre société, vos services…), le type de message (newsletter, code promotionnel…) et surtout qu’ils peuvent se désinscrire en 1 clic.

Il ne faut surtout pas cacher ou mettre le plus petit possible le bouton” se désabonner” comme on le voit trop souvent (ou laisser un terme anglais).

Il n’y a rien de pire qu’une personne qui cliquera sur le bouton « ceci est un spam » au lieu de se désabonner.

Votre “capital de confiance” auprès des fournisseurs d’accès à internet, anti-spam… en prendra un coup.

Éventuellement proposez de recevoir moins d’informations, avec une fréquence moins élevée… si vous ne voulez pas voir vos prospects partir suite à un emailing peu pertinent.

 

Partie 3 – Le contenu de l’email

Un bon objet peut faire ouvrir un email, mais si l’offre n’est pas adaptée, vos efforts seront réduits à néant.

Le lecteur doit être capable de comprendre en 3 secondes ce que vous attendez de lui, et ce qu’il doit faire.

      • Contextualiser ses offres selon les moments phare de l’année ou des événements

L’envoi de votre email doit avoir une raison :

  • une promotion (le plus courant)

  • de l’information pour les aider

  • une alerte (information légale…)

  • une information produit

Pour toujours avoir une bonne raison d’envoyer une promotion, rien ne vaut de compléter son offre via un bon prétexte comme :

  • Un anniversaire (celui de l’entreprise, les 1 an d’abonnement, celui du client…)

  • Une actualité (JO, Foot…)

  • Un événement saisonnier (noël, été, saint valentin…)

Les vacances, les fêtes de Noël, anniversaires… tous ces événements sont de bonnes excuses pour envoyer un contenu à  vos lecteurs.

Il suffit de relier de manière intelligente vos produits à ces événements.

      • Personnaliser ses offres

Il est essentiel de personnaliser ses offres, sinon les personnes qui ne se sentiront pas concernées vont fatalement se désabonner.

Si vous envoyez tout de même des offres génériques, assurez-vous que 80% de vos prospects sont intéressés par cette offre.

Idéalement, l’email personnalisé est idéal, avec un email personnalisé en fonction de son profil (nom, prénom, produits possédés, historique de commandes…).

      • Humaniser le contenu

Le contact par email peut avoir tendance à déshumaniser, du fait d’emailings envoyés par « l’équipe commerciale », un ton très corporate…

Au contraire, il est important de vous présenter, de parler de manière naturelle, de mettre la photo des expéditeurs…

Mettez de l’émotion dans vos emailings, et montrez que vous n’êtes pas la « world company ».

Voici quelques exemples :

  • Un cadeau le jour de l’anniversaire

  • Des recommandations de produits suite à un premier achat

  • Un email de remerciement personnalisé (avec en plus une photo très personnelle)

  • L’anniversaire de la marque :

  • Un email d’enquête de satisfaction

  • Un parcours de formation personnalisé

      • Lire et relire avant d’envoyer

A force de relire, de ré-écrire un texte… on ne voit plus les fautes, c’est lié à la lassitude et à la fonction de “correction automatique” du cerveau.

Pourtant, il est essentiel de corriger les fautes d’orthographe, la ponctuation et la rédaction du texte afin de donner une image fiable et crédible.

Pour cela il existe quelques astuces :

  • Changez le support de lecture : au lieu de lire à l’écran, imprimez votre email. Sinon lisez le sur un autre support (ex : téléphone, tablette…).

  • Faites-le relire par une autre personne totalement extérieure à la rédaction.

  • Envoyez toujours un email test en interne avant une diffusion externe.

  • Attendez 2 à 3 jours avant l’envoi final, afin « d’oublier » l’emailing et revenir dessus à tête reposée.

Partie 4 – Le design de l’email

Le design des emailings est devenu un véritable challenge.

Il faut à la fois penser au format de lecture sur de multiples supports (PC, Tablette, Smartphone…) avec différents formats (smartphone, phablets, grand écran de PC…), mais aussi au logiciel de messagerie (Outlook, Gmail, Yahoo…).

Il existe néanmoins quelques règles de base à respecter.

      • Éviter les textes trop longs

Le temps de vos lecteurs est précieux, vous devez aller à l’essentiel. En moins de 3 secondes ils doivent savoir quoi faire et surtout où cliquer.

Pour être efficace, posez-vous ce genre de questions :

  • Que dois faire l’internaute lorsqu’il va recevoir cet email

  • Quelle est la prochaine étape une fois la personne aura lu l’email

Vous devez être précis et concis avec l’information que vous affichez dans votre email.

Personne ne va lire un email interminable, présentez simplement votre message, utilisez quelques images, et incitez à l’action de manière claire (bouton, message, lien cliquable).

Le but n’est pas toujours de vendre directement, mais de convaincre d’aller à l’étape d’après.

Mais ce n’est pas toujours vrai…  il est toujours intéressant de tester une version d’un email sans prix annoncé, et un autre avec le prix clairement mentionné.

N’hésitez pas à répéter 2 fois votre appel à l’action (dans le premier 1/3 et à la fin), afin de faciliter la vie de vos lecteurs.

      • Équilibrer le contenu de l’email entre images et texte

Il ne faut pas trop de texte, ni trop d’images.

Pour éviter que votre newsletter ne tombe en courrier indésirable, il est conseillé de trouver un équilibre entre le texte et les images. Le ratio recommandé est 60% texte pour 40% d’images.

Si l’essentiel de votre message est une image, vous avez un risque qu’ils ne soient pas vu par les personnes qui ont les images désactivées par défaut (ex : Outlook…).

De même un emailing doit avoir 1 seul but (sauf si vous proposez une newsletter avec différents sujets, actualité…).

Plus vous laissez de choix à l’internaute avec un très long texte, plus vous avez de chances qu’ils ne lisent pas tout, ou qu’il mette de côté votre emailing (pour ne plus jamais le rouvrir…).

      • Réaliser des emails en responsive et tester la version 100% texte

Pour réaliser votre emailing, vous pouvez soit choisir un modèle graphique qui s’adapte aux mobiles, PC… avec un joli design

Grâce à un modèle d’emailing « responsive », votre campagne d’email va être adaptée sur différents supports comme le mobile, le PC…

A noter : ajoutez votre logo, appel à l’action, images… dans la partie supérieure de l’email, les inscrits n’ayant pas à scroller pour voir tout votre message.

L’autre solution est de faire un emailing en format 100% texte, sans aucun graphisme.

Dans ce cas votre délivrabilité est augmentée, et votre message est plus impactant (mais moins beau, moins facile à lire…).

N’hésitez pas à alterner les deux types de messages, par exemple en utilisant le 100% texte pour des promos de dernière minute.

 

      • Soigner la cohérence entre votre charte graphique et votre newsletter

Dans un contexte où nous recevons toutes les semaines des emails de spammeurs qui tentent de se faire passer pour notre banque, notre fournisseur d’accès à internet…vous devez être certain que votre email sera bien identifié.

Pour cela il est important de suivre votre charge graphique dans vos emailings.

Pour une campagne d’emailing réussie, reprenez les caractéristiques graphiques de votre site web (logo, couleurs…) pour s’assurer d’une image de marque cohérente.

Imposez votre identité pour que vos lecteurs vous reconnaissent immédiatement !

Pour éviter des problèmes avec la version mobile ou les différentes boîtes de messagerie, le mieux est d’aligner le texte à droite à gauche ou de le centrer, mais ne justifiez jamais.

      • Attention à la lisibilité

Sur PC, sur Smartphone… les graphismes n’ont pas le même rendu.

Faites toujours des tests sur au moins 1 PC, 1 tablette et 1 smartphone avant de lancer votre campagne.

De même soignez la lisibilité des textes : utilisez des polices sombres sur fond clair pour une lecture plus facile et agréable.

Au niveau de la police, utilisez des polices les plus lisibles :

  • Arial

  • Calibri

  • Verdana

  • Helvetica

Concernant les images, évitez les images vues et revues dans les banques d’images.

Essayez de mettre vos propres photos (si elles sont pros), sinon en cherchant bien vous devriez trouver des images un peu plus originales sur fotolia, istockphoto, dreamstime…

Évitez les images des sites 100% gratuits qui sont surexploitées (ex : Pixabay.com…).

      • Ajouter de la vidéo dans vos emails

S’il n’est pas possible d’intégrer des vidéos directement dans vos emails, il est en revanche  possible de transformer des vidéos en GIF animés de quelques secondes pour mettre une “animation” dans un email.

Vous pouvez utiliser des sites comme ezgif.com, giphy.com, makeagif.com, gifs.com…

Attention : faites très attention au poids de l’image, elle ne doit faire au maximum que quelques dizaines de Ko.

Partie 5 – Quelques conseils supplémentaires pour booster vos conversions

 

Pour finir, voici quelques techniques pour améliorer vos conversions.

      • Ni trop, ni trop peu d’emails… tout en maintenant une pression au départ.

Trouvez un équilibre dans le nombre de mails à envoyer. Pour cette raison, il est important de faire un calendrier de campagnes sur l’année pour établir, dès le début, un nombre raisonnable de mails à envoyer.

Ceci étant dit, ce sont généralement les nouveaux inscrits qui sont les plus susceptibles d’acheter vos produits.

C’est pourquoi, il est généralement recommandé d’opter pour un rythme d’envoi important d’emails suite à l’inscription, et ensuite d’espacer les envois (sans jamais les arrêter).

Pour cela il faut s’inspirer la suite mathématique de Fibonacci :

Par exemple, pour un nouvel abonné, vous pouvez alterner promotion, contenu information, événement :

  • J : email avec le bonus

  • J+2 : promo spéciale

  • J + 5 : informations et contenu

  • J + 8 : proposition d’une démo, d’un rendez vous…

  • J + 15 : témoignage client

  • J + 21 : question “Est ce que l’on peut vous aider”

De même, identifiez la fréquence d’envoi avec laquelle vous vous sentez à l’aise, mais vos destinataires aussi. Il faut tenir en compte du jour, de l’heure, des jours fériés, etc.

      • Effectuer des tests

L’intuition est parfois bonne conseillère, mais on ne peut jamais savoir à l’avance quel en sera le résultat.

C’est pourquoi il est important de tester votre campagne afin de vérifier vos hypothèses avant de l’envoyer à vos destinataires.

Un réflexe simple est de faire un split test (ou encore appelé A/B testing), pour tester deux variantes d’un emailing (ex : un objet, une offre, un contenu…) afin de savoir celui qui fonctionnera le mieux.

Ce test sur quelques milliers de personnes (idéalement il faut au moins 400 ouvertures), vous permettra de valider vos hypothèses, et de choisir la bonne idée avant l’envoi final sur l’ensemble de vos abonnés.

Vous pouvez aussi le faire sur vos formulaires d’inscriptions à votre newsletter.

      • Analyser les statistiques et données de la campagne

 C’est en faisant toujours la même chose que l’on obtient les mêmes résultats.

 Vous devez donc faire un bilan de vos campagnes marketing : taux d’ouverture, de clics, de réactivité…

Ces informations vous permettront d’améliorer vos prochains envois :

  • S’il y a un bon taux d’ouverture, mais peu de clics, c’est peut-être le message ou l’offre qui est mauvais.

  • S’il y a un mauvais taux d’ouverture, peut être que vous pouvez renvoyer l’offre au non ouvreurs avec un autre objet et une autre offre quelques jours plus tard.

  • S’il y a un taux de désabonnement en hausse, peut-être qu’il faut revoir la fréquence des emails, les offres, la segmentation

  • S’il y a toujours 1 ou 2 rubriques qui sont cliquées et pas d’autres, pourquoi continuer à envoyer des informations non pertinentes.

  • Si les contacts ont cliqué sur un lien de l’emailing, mais ont visité des pages du site sur une autre offre, peut-être qu’il faut renvoyer un email sur les produits plus pertinents

En conclusion…

L’emailing reste un des outils les plus utilisés dans les entreprises, et pourtant il existe des axes d’améliorations encore très peu utilisés.

En faisant quelques petits efforts sur vos formulaires, vos emailings… vous pouvez obtenir des résultats impressionnants.

A vous de jouer maintenant !

Permalien - Category: news - Tags: back-office, phplist, emailing

« UAV Calculator - Logiciel de gestion de club »

Contenus liés

Retrouvez ici toute mon actualité.

Les derniers billets

Tous les billets »